Prévention du cancer de la gorge

Sommaire

 

Les cancers de la gorge étant relativement asymptômatiques au début de la maladie, la meilleure solution pour dépister la maladie est la prévention du cancer de la gorge.

Principe de prévention du cancer de la gorge

En France, il n'existe pas de dépistage organisé du cancer de la gorge. Aussi, la mise en place de mesures préventives est essentielle. Cela suppose de :

  • prendre les devants en effectuant un suivi régulier lorsqu'on présente plus de facteurs de risques que la moyenne des gens ;
  • faire en sorte de limiter les facteurs de risque.

Du point de vue des risques professionnels, le plan cancer 2014-2019 recommande de :

  • renforcer la prévention en milieu de travail pour réduire l’exposition aux agents cancérogènes ;
  • renforcer le suivi médical des personnes exposées à des risques de cancers professionnels ;
  • améliorer l'identification des cancers d’origine professionnelle pour permettre leur reconnaissance en tant que maladies professionnelles ;
  • soutenir la surveillance épidémiologique et la recherche pour améliorer les connaissances sur les cancers professionnels.

Prévention du cancer de la gorge : prendre les devants

Prendre les devants peut constituer un élément important de prévention des cancers de la gorge. En effet, les personnes qui se savent à risque peuvent d'elles-mêmes s’astreindre à un suivi régulier qui permettra de détecter précocement tout état précancéreux de la bouche ou toute suspicion de cancer de la gorge.

Ces personnes sont celles :

  • qui ont déjà été victimes d'un cancer des voies aérodigestives supérieures ou de certains cancers tels que le cancer de l’œsophage, du larynx, du poumon ou du col de l’utérus ;
  • qui présentent des antécédents familiaux de carcinome épidermoïde dans la région de la tête et du cou (notamment si un membre de la famille proche a été victime de ce type de tumeur) ;
  • qui ont été exposées à de l'amiante, à de l'acide sulfurique, au nickel et au chrome, aux hydrocarbures, aux solvants, etc.
  • qui ont été exposées de façon excessive aux poussières de bois (risques de cancers du nez et des sinus).

Ainsi, les personnes qui présentent un ou plusieurs facteurs de risque ont tout intérêt à procéder à un examen régulier de la cavité buccale auprès d'un chirurgien-dentiste et de la gorge auprès d'un généraliste ou d'un ORL.

Par ailleurs, toute lésion de la bouche ou problème de gorge qui dure plus de trois semaines et qui ne régresse pas (soit spontanément soit avec un traitement) doit amener à consulter un spécialiste afin d'en déterminer le plus rapidement possible l'origine. En effet, il peut aussi bien s'agir d'une lésion bénigne que d'un état précancéreux ou d'une tumeur de la gorge. Même des symptômes sans gravité doivent éveiller l'attention, a fortiori chez les personnes à risque.

Limiter les facteurs de risque

Bien entendu, la prévention des cancers de la gorge passe par la limitation des facteurs de risque. Ceux-ci étant clairement identifiés, cela reste tout à fait envisageable.

  • Il faut faire en sorte d'arrêter de fumer et d'une façon générale cesser de consommer du tabac (cigare, pipe, narguilé, etc.). Vous pouvez pour cela vous faire aider par votre médecin et/ou par des professionnels. Sachez par ailleurs que, à l’arrêt du tabagisme, l’augmentation du risque persiste de nombreuses années, d'où la nécessité d’arrêter de fumer le plus tôt possible.
  • Il est également important de cesser de consommer d'importantes quantités d'alcool. Il faut limiter sa consommation à deux verres de vin de 10 cl par jour pour les femmes et trois verres pour les hommes grand maximum. Tous les alcools forts doivent être consommés avec une extrême modération.
  • Si vous présentez des problèmes ORL, n'hésitez pas à vous rendre chez un spécialiste. De même, en cas de lésion suspecte (plaques blanches ou rouges au niveau de la langue, du palais, etc.), consultez sans tarder.
  • Il faut également éviter de trop s'exposer au soleil pour éviter les cancers de la lèvre.
  • Il est recommandé de surveiller son alimentation en consommant suffisamment de fruits et de légumes. On sait par exemple que consommer des caroténoïdes entraîne une diminution du risque de cancers de la bouche. Inversement, une trop grande consommation de produits d’origine animale et de matières grasses pourrait accroître le risque de cancer du larynx.

Limiter ces facteurs de risque permet non seulement de prévenir les cancers de la gorge mais également les récidives. Il est donc important d'en tenir compte même après avoir été correctement traité pour un cancer ORL.

Aussi dans la rubrique :

Traitements et prévention du cancer de la gorge

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider