Sommaire

 

Un grand nombre de cancers de la gorge ont de mauvais pronostics. Cela est dû au fait que le diagnostic de ces cancers est souvent trop tardif, ce qui ne permet pas un traitement totalement efficace.

Si ces diagnostics ne sont pas faits à temps, c'est parce qu'il n'existe pas de dépistage systématique. Or, en général, les symptômes des cancers de la gorge sont peu spécifiques et ils apparaissent progressivement ou lorsque la tumeur a déjà atteint un stade avancé. Aussi, il est fréquent que les patients ne consultent que tardivement.

Première étape du diagnostic : l'examen clinique

La première étape permettant de mener au diagnostic éventuel de cancer de la gorge est l'examen clinique.

  • Il peut être réalisé par le médecin généraliste ou par un ORL.
  • Un examen de l'ensemble de la cavité buccale peut également être pratiqué par un chirurgien-dentiste ou un stomatologue. En effet, Les chirurgiens-dentistes sont formés pour savoir déceler les tumeurs de la gorge, ainsi que les lésions anormales synonymes d'états précancéreux de la bouche.
  • Ces spécialistes pourront repérer des cancers de la lèvre ou de la bouche, qui se trahiront par la présence de cellules anormales (taches blanchâtres, ulcérations ou zones indurées).
  • Par ailleurs, il sera intéressant de palper les ganglions du cou afin de s'assurer qu'il n'y a aucune masse suspecte.

En fonction des premières observations, des examens complémentaires adaptés peuvent être prescrits.

Imagerie médicale : un outil indispensable

L'imagerie médicale est indispensable pour aider au diagnostic de cancer ORL. Seuls les cancers de la bouche, des lèvres ou certains cancers de la langue sont visibles, d'où la nécessité de faire appel à des outils adaptés.

Endoscopie

En cas de suspicion de cancer du pharynx, du larynx ou du nez on aura recours à la laryngoscopie ou nasofibroscopie (endoscopie nasale). La technique consiste à introduire dans les voies aérodigestives supérieures (VADS), et sous anesthésie, un tube fin et souple équipé d’un système optique permettant de visualiser d'éventuelles anomalies.

Scanner et IRM

En fonction de la localisation de la tumeur, il peut être nécessaire de procéder à un scanner ou à une IRM (imagerie cervico-faciale). Ces examens permettront de visualiser l’ensemble de la région ORL et de localiser avec précision une tumeur, d’en apprécier le volume et l’étendue.

Toutefois, l'imagerie moléculaire (TEP) couplée à la tomodensitométrie (TDM) est plus performante que l'IRM pour détecter les métastases ganglionnaires et pour déterminer leur emplacement de façon précise.

Biopsie : outil de diagnostic incontournable

La biopsie est l'outil de diagnostic incontournable des cancers. Les cancers des VADS ne font pas exception. Ainsi, pour confirmer la présence d'un cancer, on procédera à un prélèvement de cellules. L'échantillon est collecté au cours d'une endoscopie réalisée sous anesthésie générale ou au cours d'une petite intervention chirurgicale permettant d'avoir accès à la zone suspectée d'être cancéreuse. Les cellules seront ensuite analysées afin d'établir un diagnostic fiable.

Diagnostic du cancer de la gorge : bilan complet

Si un cancer de la gorge est retrouvé, et a fortiori si le patient est fumeur ou qu'il consomme beaucoup d'alcool, il faudra procéder à un bilan plus complet. En effet, environ 15 % des patients qui présentent un cancer de la gorge ont également un autre cancer. L'objectif du bilan est donc de s'assurer qu'aucun autre foyer de cancer ou qu'aucune métastase n'est présente.

Les organes à examiner en priorité seront :

  • la région ORL au PET-scan ;
  • l’œsophage par fibroscopie ;
  • les poumons en radiographie et au scanner ;
  • le foie via échographie.

Ces pros peuvent vous aider