Sommaire

Le cancer du larynx fait partie des cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS) au même titre que les cancers du pharynx, des glandes salivaires, des amygdales, de la langue, de la bouche, de la lèvre, du nez et des sinus.

Anatomie du larynx

Le larynx est un conduit appartenant à l'appareil respiratoire. C'est lui qui relie la gorge (le pharynx) à la trachée. Il permet le passage de l'air au cours de la respiration. C'est également au milieu du larynx que se trouvent les cordes vocales qui permettent de produire des sons (elles vibrent au passage de l'air) et donc de parler. Enfin, le larynx joue un rôle essentiel dans la déglutition (le fait d'avaler) puisqu'il permet d'éviter le passage des aliments dans la trachée (fausse-route).

Le larynx est formé par :

  • les deux cordes vocales ;
  • les muscles laryngés ;
  • un os placé en avant de la gorge (l'os hyoïde) ;
  • des cartilages.

Cancer du larynx : explications

Les cellules du larynx peuvent être altérées et subir des modifications rendant leur fonctionnement anormal. Généralement, il s'agit de changements sans gravité, responsables de pathologies comme une laryngite ou des nodules sur les cordes vocales. Néanmoins, il arrive que ces modifications cellulaires soient à l'origine d'états précancéreux. Ainsi, même si les cellules du larynx ne sont pas encore cancéreuses, elles présentent davantage de risques de le devenir.

Enfin, il est également possible que les cellules du larynx deviennent cancéreuses. Lorsque c'est le cas, ce sont généralement les cellules malpighiennes (des cellules minces et plates), celles qui tapissent la face interne des cordes vocales, au niveau de la glotte, qui sont concernées. Ainsi, les cancers du larynx, même s'ils peuvent apparaître n'importe où, ont plutôt tendance à se développer dans sa zone centrale, à proximité des cordes vocales. On parle alors de cancer épidermoïde du larynx.

Lire l'article Ooreka

Symptômes du cancer du larynx

Le cancer du larynx se traduit par des symptômes variés en raison des divers rôles que joue cet organe. On peut ainsi observer :

  • une modification de la voix (dysphonie) ;
  • des troubles de la déglutition avec des difficultés à avaler (dysphagie) et des douleurs lorsqu'on avale (odynophagie), à noter que ces troubles contribuent à la réduction de l'alimentation et plus encore à un stade avancé si la tumeur bloque le passage des aliments ;
  • une gêne respiratoire (dyspnée) ;
  • des douleurs irradiant jusque dans l'oreille (otalgies) ;
  • une sensation de boule dans la gorge avec le besoin de tousser.

Traitements possibles

Le traitement du cancer du larynx est basé sur la chirurgie et la radiothérapie lorsque la tumeur est de faible importance (stade T1 ou T2).

  • La chirurgie consiste à retirer toute la tumeur ou seulement une partie. C'est suite à une laryngectomie totale (ablation complète du larynx) que le patient sera contraint de respirer par un orifice placé au niveau de la trachée et du cou (stomie). Cela entraîne une perte de la voix et la personne ne pourra pas parler de façon normale.
  • La radiothérapie permet de traiter les tumeurs de stade précoce seule ou en association avec une chirurgie. L'objectif est dans ce cas de réduire le risque de réapparition d’une tumeur. 
  • Il est également possible dans certains cas de procéder à une chimioradiothérapie (association de chimiothérapie et de radiothérapie), notamment lorsque les tumeurs sont de stades avancés (stade T4) ou en cas de cancer du larynx récidivant.

Cancer du larynx : pronostic

Le pronostic des cancers du larynx est excellent lorsque le cancer touche uniquement les cordes vocales. On obtient dans ce cas 90 % de guérisons. Le pronostic est plus réservé lorsqu'on a dû procéder à une laryngectomie totale. Dans ce cas, le taux de survie à 5 ans est de 60 % (elle n'est toutefois plus que de 38 % à 10 ans).

En revanche, en cas de cancer du sinus piriforme, le pronostic est plus sombre puisqu'il n'est que de 30 % de survie à 5 ans. Cela est dû au fait que les récidives et les métastases sont fréquentes, notamment au niveau du cou.

À noter que les cancers du larynx ont dans l'ensemble de bons pronostics si le patient a pu être traité par radiochimiothérapie. Avec cette approche combinée, le taux de guérison est de 75 % et le larynx est complètement conservé.

On observe néanmoins que l'âge joue un rôle important puisque la survie nette à 1 an passe de 88 % chez les hommes de 50 ans à 81 % chez ceux de 80 ans. De même, la survie à 5 ans est comprise entre 62 % pour les plus jeunes et 52 % pour les plus âgés. Toutefois, c'est dans la phase initiale de la prise en charge que la probabilité de décès est maximale. Aussi, les patients qui étaient toujours en vie au bout de la première année avaient une survie à 5 ans de 71 % pour les plus jeunes et de 64 % pour les plus âgés.

Lire l'article Ooreka